Que vous soyez impliqué ou non dans un accident ou en cas de panne, trois règles d’or sont à respecter dans cet ordre : « Protéger, alerter, secourir ». Forcément inhabituelles, les situations de détresse peuvent engendrer du stress et de la précipitation. Il est donc impératif de bien s’informer pour faire face de la meilleure des manières le jour où un sérieux incident se produit.

  1. Que faire en cas d’accident ?
  2. Que faire en cas de crevaison ?
  3. Que faire en cas de panne d’essence ?
  4.  
  5. S’il y a un objet ou un animal sur la route…

Que faire en cas d’accident ?

L’abstention volontaire de porter secours est répréhensible.

« Sera puni de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende quiconque s’abstient volontairement de porter à une personne en péril l’assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par une action personnelle, soit en provoquant un secours ».

Code pénal, article 223-6

La personne responsable de cette infraction encourt également l’interdiction des droits civiques, civils et de famille.

 

Protéger pour éviter que l’accident ne s’aggrave…

 

secours2

 

Alerter après une analyse rapide de la situation

autorouteSur le périphérique ou sur autoroute, si vous tombez en panne sur la voie de gauche, pensez à sortir de votre voiture (et à faire sortir vos passagers) impérativement du côté gauche. Ne tentez pas de traverser pour rejoindre une borne d’appel : utilisez dans ce cas votre téléphone mobile. Sur le périphérique, la télésurveillance permet au secours de vous repérer très rapidement de de vous venir en aide.

Cas particulier

Secourir : s’il y a des blessés

 

Ne jamais :

 

Que faire en cas de crevaison ?

 

Que faire en cas de panne d’essence ?

Quand le témoin de réserve s’allume, vous êtes en mesure de faire encore 30 à 50 km. Réduisez votre vitesse afin de consommer moins de carburant.

Si malgré tout, vous êtes en panne :

 

S’il y a un objet ou un animal sur la route…

Le constat amiable permet d’établir avec l’autre automobiliste les circonstances précises de l’accident. Il permet d’informer rapidement l’assureur et en conséquent d’accélérer l’indemnisation des dommages.

 

En cas d’accident corporel, le constat amiable ne fait pas double emploi avec le procès-verbal ou constat établi par les forces de l’ordre. Les assureurs, au vu de ce constat, détermineront les responsabilités de chacun.

Le constat doit être bien rempli. S’il comporte des erreurs ou s’il est incomplet, la responsabilité de l’accident peut être imputée à l’assuré même s’il n’y est pour rien. Il est donc très important de ne remplir le constat que s’il l’on s’en sent capable, ce qui n’est pas forcément le cas après le choc de l’accident. En cas de difficulté, mieux vaut ne pas le remplir et demander l’assistance d’un proche.

 

 

AnimationPerso970x537Saint-Christophe Assurances et notre association se sont associés pour proposer aux automobilistes l’outil pédagogique Constat ready destiné à apprendre à remplir un constat amiable « sans déraper ».
Se rendre sur le site « Constat Ready »…

À savoir

Ce qu’il faut faire

 

Il est utile de se familiariser avec le constat, et l’ensemble des cases à cocher, afin de bien repérer les particularités des  situations relevées. Cocher une case à la place d’une autre peut transformer le partage des responsabilités.

 

Ce qu’il ne faut pas faire

News Letter

inscription la newsletter

sécurité routière au maroc

La route est un ESPACE COMMUN que l’on doit PARTAGER en toute SECURITE. Tant qu’il y aura des morts et des blessés, La Sécurité Routière et tous les acteurs de ce secteur mettront tout en œuvre pour rendre les routes plus sûres et responsabiliser ses usagers, quels qu’ils soient.